Mille grâces à toi, Apollon ! remercia Gontran. Du haut du mur d’enceinte, il vit Denise de Gardlely, nue sur le balcon, sanglotant sur l’épaule de Denis. « Dommage, gay telephone, ils étaient beaux » pensa-t-il. Sautant sur sa mule qui l’attendait patiemment, il s’éloigna au petit trot.